-

Consultance 2014

et Éditions Traditions & Modernité  

Blogue

Les questions d'éthique 3 / par Isaac Nizigama

Publié le 23 septembre 2018 à 11:15

La bienséance, la pudeur, le refus de l'impudicité etc. sont des attitudes éthiques honorant les humains pour les distinguer des simples animaux sauvages et insouciants. Le corps de l'être humain est habillé, la sexualité humaine est entourée de règles et de précautions que les sociétés traditionnelles et que les religions ont toujours défendues. En christianisme, le mariage est dit sacré. Il est indissoluble selon la parole de Jésus: «Ce que Dieu a joint, que l'homme ne le sépare pas» (Mt 19,6). Pourquoi toute cette éthque autour de la vie sexuelle et des rapports entre les deux sexes ? À mon avis, deux idées peuvent être développées: il y a d'abord la question de la famille, noyau de perpétuation de l'espèce humaine. Il y a ensuite la question de l'amour, image même de l'amour divin révélé par la Parole faite chair. Du point de vue de la première question, la famille se situe à la base de la perpétuation de l'espèce humaine. Pour les chrétiens, elle est un projet de Dieu dès la création de l'homme: « Il n'est pas bon que l'homme soit seul. Je lui ferai une aide semblable à lui » (Gn 2,1); « L'homme quittera son père et sa mère et s'attachera à sa femme et les deux deviendront une seule chair » (Gn 2,24). C'est dans le but de se reproduire, de remplir la terre, de se multiplier mais aussi d'éduquer les enfants, de les humaniser, de dominer sur la nature, de la gérer, que la famille existe: « Puis Dieu dit: Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu'il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur la bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme. Dieu les bénit, et Dieu leur dit: Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l'assujétissez, dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseau du ciel et sur sur tout animal qui se meut sur la terre. » (Gn 1, 26-28). Le désordre dans les familles qui peut être généré par un vécu infra-humain dicté par les tendances biologiques et instinctives, réduisant l'être humain à l'état de simple animal alors qu'il est appelé à dominer cet état, risquerait de mettre en péril l'espèce humaine entière. D'où les commandements contre l'adultère, pour le respect de la maison d'autrui (femme et mari), contre les unions contre-nature, incestueuses: dans la Bible, l'homosexualité, l'inceste, la bestialité sont des crimes (Ex 20, 1-17; Lv 18, 1-23): « Je suis l'Éternel votre Dieu. Vous ne ferez point ce qui se fait dans le pays d'Égypte où vous avez habité, et vous ne ferez point ce qui se fait dans le pays de Canaan où je vous mène: vous ne suivrez point leurs usages. Vous pratiquerez mes ordonnances, et vous observerez mes lois; vous les suivrez. [...] l'homme qui les mettra en pratique, vivra par elles.. [...] Nul de vous ne s'approchera de sa parente pour découvrir sa nudité. Je suis l'Éternel. [...] Tu ne coucheras point ave un homme comme on couche avec une femme. C'est une abomination. Tu ne coucheras point avec une bête, pour te souiller avec elle. La femme ne s'approchera point d'une bête pour se prostituer à elle. C'est une confusion. »  Ces commandements et toute l'éthque judéo-chrétienne visent à protéger la famille parce que la foi chrétienne n'est pas un ramassis de croyances absurdes mais une foi mobilisant à la fois la raison et la révélation divine dans une finalité claire située bien entendu dans le Royaume de Dieu à venir mais déjà opérationnelle dans la vie du monde présent par la grâce de Dieu et par la vérité de la Parole divine incarnée et dévoilée en Jésus-Christ.

Pour la deuxième question, le mariage se donne comme une véritable école de l'amour. Le but visé étant que les mariés « deviennent une seule chair » (Mt 19,4-5), il est clair que la communion entre les deux personnes mariées, l'homme et la femme, ne doit pas se limiter à celle des corps mais doit se développer dans celle des esprits. À l'image de l'amour animant la Trinité divine, entre le Père, le Fils et le Saint-Esprit, qui ne font qu'Un (Jn 14,10-11), c'est par l'amour que cela advient. L'apôtre Paul l'a bien exprimé en comparant le mariage entre un homme et une femme à l'union qui existe entre le Christ et son Église (Éph. 5,22-33). Personne ne peut aimer plus que celui qui donne sa vie pour ses amis disait Jésus (Jn 15,13). Or, Jésus-Christ s'est lui-même livré à la mort pour le monde et pour donner naissance à l'Église. L'image originelle d'un Adam dont est tirée Ève par Dieu au moyen d'un morceau de sa chair est applicable ici. Comme le premier Adam a donné naissance à la mère de tous les humains selon la chair, le second Adam, le Rédempteur, a donné naissance à l'Église, mère de tous les rachetés selon l'Esprit. Car dans l'Église opère l'Esprit du Christ: Esprit d'amour, de sagesse et de connaissance de Dieu. Dans le mariage chrétien, fondé dans la foi en Christ, le même Esprit du Christ opère et il faut que les époux sachent opérer dans l'Esprit et non pas seulement selon leur chair. 1 Corinthiens 13 nous décrit la nature de cet amour-charité qui supporte tout, qui est patient, qui excuse tout, ...et qui ne finit jamais. Dans le mariage, c'est ce seul type d'amour qui résiste aux conflits, aux égoïsmes, au matérialisme, à une sensualité exagérée, au vécu simplement instinctif....tous des maux qui font que les mariages d'aujourd'hui ne durent que le temps de la rosée, les divorces devenant l'issue la plus fréquente de la majorité des mariages souvent célébrés en grande pompe. 

En matière de sexulaité, de famille et de rapport entre les genres, l'éthique chrétienne n'est dépassée que pour ceux et celles qui pensent que Dieu n'existe pas. Mais pour ceux et celles qui croient dans le Dieu de Jésus-Christ, cette éthique demeure le refuge, le roc le plus sûr en ces temps difficiles, de confusion et d'incertitude où pourtant les chrétiens et les chrétiennes doivent continuer d'être « la lumière du monde et le sel de la terre »: « Vous êtes le sel de la terre mais si le sel perd de sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on ? Il ne sert plus qu'à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes. Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée; et on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison. Que votre lumière luise ainsi devant les hommes afin qu'ils voient vos bonnes oeuvres, et qu'ils glorifient votre Père qui est dans les cieux. » (Mt 5,13-16). 

Catégories : Aucun

Publier un commentaire

Oups!

Oops, you forgot something.

Oups!

Les mots que vous avez saisis ne correspondent pas au texte affiché. Veuillez réessayer.

1 Comment

Répondre EllGuency
19:26 le 17 septembre 2019 
Levitra Canada Free Shipping tadalafil cialis from india Atlantic Drug Store Amoxicillin Strep Throat